• Variation maritime II

    En ce moment, il me plairait de voir la mer universellement bleue, le sable grège et chaud et un ciel blond que déchire l'aurore. Il me plairait de rester longuement comme une statue de sable pour contempler la mer loin devant moi, regarder ses vagues se courber, ses volutes se former, ses rouleaux d'écume s'évaporer sur la grève comme des morceaux de dentelle ouvragée. Il me plairait de contempler, comme à la lisière du monde, ces figurines de sel que forgerait le sable sur la grève, ces coquillages de nacre perlés d'encre de seiche et, vers le soir, ourlés de sang crépusculaire. Il me plairait de marcher le long de l'eau, sentir la brise humide sur mon visage, fermer mes yeux et prier pour que le lendemain, le surlendemain, le pain rose de l'aube m'apporte la même félicité.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :