•  Alors que je cherchais à atteindre l'allée Jean Sébastien Bach à Strasbourg, je me suis fourvoyée dans le quartier résidentiel du Bon Pasteur : joli petit endroit bordé de bassins d'eau, de venelles, de charmantes petites tonnelles ombragées de verdure où les maisons blanches scintillent comme des photophores immenses, des phares blancs maritimes.

    Comme des amers qui surplomberaient cette mer végétale et auxquels je voudrais me raccrocher- moi vagabonde à la dérive- ces petites constructions de nacre, comme peintes à la chaux vive de l'été, miroitent au soleil de cette radieuse journée. Je paresserais ainsi des heures durant dans ce petit havre de paix, comme une lézarde béate et endormie, attendant que monte le parfum de la nuit et que survienne au petit matin la douce reptation de l'aurore.

     

     


    votre commentaire
  •  Dehors, la nuit violette inonde le ciel et perle sur l’asphalte. Quelques chats errants rôdent aux alentours des immeubles du boulevard d’Anvers. Quelques corbeaux de soie noire dorment dans leur nid de paille sèche. Et moi, je rêve à d’autres horizons, ceux plus cuivrés de la lueur du jour, ceux embrasés par la mer et la lumière de l’aube. J’aime pourtant la nuit, ces heures tardives où l’on aime se calfeutrer dans les alcôves des maisons, sentir le velours de cette chape d’ombre qui emplit l’atmosphère. J’aime ce silence nocturne, où l’on n’entend que le cri des noctules au loin, le doux vrombissement des rares voitures sur le bitume écartelé de notre soir.

     


    votre commentaire
  •  Il est déjà tard ce soir et je ne sais pourquoi, j'ai eu envie d'écrire sur mon blog si longtemps délaissé. J'aime bien ce moment-là, quand les enfants sont enfin tous couchés que nous n'entendons pas même une mouche voler si ce n'est le crissement du crayon à papier de mon cher et tendre sur sa feuille blanche pour tracer quelques formules mathématiques. De mon côté, j'entends le doux vrombissement de l'ordinateur, le froissement de mes feuilles volantes qui semblent se réveiller, bruire, et presque chanter à la nuit tombée. Mais je suis la seule à pouvoir véritablement entendre cette étrange mélodie comme une musique totalement subjective, intérieure à mon être, peut-être tout simplement surréaliste.

     


    votre commentaire
  •  Les jours sont longs et les nuits bien courtes en ce moment. Je voudrais pourtant pouvoir me coucher plus sereinement que les autres soirs....Je me mets à divaguer fébrilement et ces vagabondages poétiques m'amènent doucement à perdre un peu pied avec la réalité.

    Dans ces errances d'un genre particulier, je prends une rose des sables entre les mains. Je la recouvre de silence d'or comme dans mes rêves les plus fous et les plus lointains. Je l'appose sur le versant d'un ciel clair et j'attends que tombe la fine pluie d'or et de feu qui me permettra de tomber dans les bras de Morphée. A demain qui sait?

     


    votre commentaire
  •  Déjà ! Déjà le mois de juillet et son cortège d'arbres en fruits, de ciel azuré et de chaleur estivale! Le mois de juillet est associé chez moi aux vacances à la mer Méditerranée que je passe d'habitude à cette période. Juillet me fait instantanément penser au sable qui creuse un lit de lumière crue sous mes pieds. Mais cette année, ce mois-ci , je le passe intégralement à Strasbourg. Une certaine nostalgie m'oppresse. Nostalgie de la mer et d'une certaine idée de l'infini qui jaillit lorsque la grande bleue se profile à l'horizon, s'imprime à l'aube dans le ciel. Lorsque la boule rose du soleil mord l'eau bleue et embrase mon âme, ma pensée la plus intime semble déjà amarrée à quelque voilier en partance.

     


    votre commentaire