•    

    Dehors, en ce 14 juillet, une belle luminosité se fait jour et imprégne le ciel d'une couleur rose puis orangée comme une toile sur laquelle s'imprime une bien étrange calligraphie : celle d'oiseaux noirs en suspens traçant des mots, des phrases dans une danse endiablée. C'est une ronde d'étourneaux, sans doute, qui lacèrent l'azur comme une plume d'encre de Chine glisserait sur un ciel de silence et de soie.

     

    Calligraphie


    votre commentaire
  •   

    Hier soir, nous sommes sortis au parc de la Citadelle. Il n'y avait quasiment personne alentour et c'était bien agréable de pouvoir entendre les oiseaux crier dans le ciel solitaire. Nous écoutions la rumeur du soir se profiler au-dessus de la rivière, les frondaisons rousses des arbres s'y refléter, le ciel devenir orange juste avant le choc du couchant.

     

    Juste avant le couchant


    votre commentaire
  •  

         A travers la fenêtre, j'aperçois les marronniers de la rue déjà émondés de leurs grappes de fleurs, déjà dépouillés de leurs oripaux magnificents, juste recouverts de leur chevelure verte, leur dentelle végétale apprêtée.

    Leur frondaison frissonne dans le vent et l'air chaud de ce printemps finissant, dans l'atmosphère moite, la sueur du ciel de ce presqu'été. A travers la fenêtre, j'entends la rumeur des moineaux, la clameur du monde qui semble résonner sur chaque branche, chaque feuille de l'arbre luminescent. Arbre de vie dont j'écoute le rythme saccadé, la sève pulsatile comme le bruissement chuchoté de l'infini, comme son chant susurré.

     

     

    A travers la fenêtre


    votre commentaire
  •  

          Bec rouge, plumes rousses et grises qui s'impriment sur un ciel humide de silence. L'oiseau crie et la lune monte dans le soir qui reçoit la morsure du couchant. Trace ignée, indélébile qui marque au fer rouge la sueur du soir puis celle de la nuit. Trace de tristesse dans le jour déjà blet, figé dans son insolente immobilité, où l'oiseau s'arrête, interdit, fixant le ciel dans sa délicate intensité, dans son intime éternité.

     

    Oiseau

     


    votre commentaire
  •             

    Le vieux Port de Marseille se teinte de rosée. Dés l'aube, les bateaux, encore pétris par un soleil rose, s'enfoncent dans la mer bleue, miroitent comme le reflet de leur âme voyageuse, dans les remous de la Méditerranée, dans la prunelle de mon regard happé par la lumière maritime, frappé par son ingénue beauté.

     

    Aube provençale


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique